La crise n'est pas économique, la guerre, les bombes, les politiciens, les scientifiques, la crise est en nous, la crise est dans notre conscience.

Tant que nous ne comprenons pas très profondément la nature de cette conscience, que nous ne la questionnons pas, ne creusons pas profondément en elle, que nous ne découvrons pas pour nous-mêmes s'il peut y avoir une totale mutation dans cette conscience, le monde continuera à créer plus de misère, plus de confusion, plus d'horreur.

Aussi notre responsabilité n'est-elle pas dans quelque action altruiste, politique ou économique, mais consiste à comprendre la nature de notre être – pourquoi nous êtres humains, qui vivons sur cette magnifique terre, sommes devenus ainsi.

Au moment où vous avez dans votre coeur cette chose extraordinaire qu'on appelle amour, que vous en sentez la profondeur, les délices, l'extase, alors vous découvrez que pour vous  le monde est transformé